Tous les articles par Pascal NICOLAS-LE STRAT

Une démocratie éprouvée

Samedi 29 septembre 2018, 11h30, nous nous assemblons au centre du quartier Jean Bart Guynemer (en cœur d’îlot comme, classiquement, l’urbanisme nomme cette centralité) [1]. Les membres du projet En Rue [2] sont présents, ainsi que plusieurs habitant-es. Chacun prend place sur les modules fabriqués et installés par En Rue, certains assis, d’autres préférant rester debout. L’assemblée est nombreuse et attentive. Nabyl et Patrick animent la rencontre. Continuer la lecture de Une démocratie éprouvée

Des lieux en recherche

Cet article a été publié dans l’ouvrage collectif Lieux infinis. Construire des bâtiments ou des lieux, publié par les Éditions B42 (en librairie le 8 juin 2018) à l’occasion de l’exposition « Lieux infinis » du collectif Encore Heureux, présenté au Pavillon français de la 16e Biennale internationale d’architecture de Venise, avec les contributions de Encore Heureux, Fazette Bordage, Gilles Clément, Jade Lindgaard, Jochen Gerner, Joëlle Zask, Luc Gwiazdzinski, Pascal Nicolas-Le Strat, Patrick Bouchain, Patrick Perez, Patrick Viveret, Raphaël Besson. Continuer la lecture de Des lieux en recherche

L’immatériel en construction

Ce texte a été écrit à la demande amicale de Jana Revedin comme avant-propos du stimulant ouvrage Construire avec l´immatériel (Temps, usages, communautés, droit, climat… de nouvelles ressources pour l´architecture) qu’elle a dirigé dans la Collection Manifestô – Alternatives aux éditions Gallimard. La mise à disposition en ligne de ce texte est une invitation aux lecteur-trices de mon blog à découvrir ce riche ouvrage collectif. Continuer la lecture de L’immatériel en construction

L’espace public en gestes (et en paroles)

En Rue [1] contrarie l’effort de définition. Avec quels mots restituer cette expérience ? Avec quels cadres d’analyse la questionner ? Le projet est multiple, et change fréquemment de visage au cours d’un même chantier. Parfois ventriloque, un peu transformiste, il parle à plusieurs voix et revêt de nombreux aspects. Continuer la lecture de L’espace public en gestes (et en paroles)

En quête de questions

Georges Lapassade [1] avait pour habitude, lors de ses recherches et interventions, d’interpeller ses collègues et de s’interpeller lui-même avec une question tonitruante : qu’est-ce que nous foutons là ? Le sociologue doit effectivement (se) poser la question de sa présence, de ce qui la motive et de ce qu’elle provoque. Continuer la lecture de En quête de questions

Gestes de recherche

Dans le cadre d’une recherche conduite dans deux quartiers populaires à Saint-Pol et Téteghem (Communauté d’Agglomération de Dunkerque), avec Martine Bodineau et Louis Staritzky nous développons une « permanence de recherche » associée au projet En Rue [1]. Ce projet vise à rééquiper les espaces publics en co- et auto-construction avec du matériel de réemploi. En tant que chercheur-es, nous nous associons aux chantiers, et la sociologie fait elle aussi chantier, dans l’espace public, dans le même espace-temps que les autres activités de construction et de fabrication du projet En Rue. Continuer la lecture de Gestes de recherche

Disponibilité. Le Chantier et ses Zones d’attraction temporaire

Vendredi 8 juin 2018. Saint-Pol, quartier Jean-Bart Guynemer [1]. Le Chantier s’est installé sur la butte au centre du quartier, un grand cercle recouvert de gravier et délimité par des petits rondins de bois. L’espace est assez vaste ; en son milieu ont été installés les « modules » fabriqués par l’équipe En Rue [2]. Cet espace est en cours d’équipement ; l’équipe y « fait chantier » depuis plusieurs sessions. Continuer la lecture de Disponibilité. Le Chantier et ses Zones d’attraction temporaire

Pratiquer la recherche « en réciprocité ». Quelques orientations épistémopolitiques

À l’occasion de la négociation d’une collaboration de recherche, j’ai formulé de manière synthétique ma conception d’une recherche « en réciprocité », en mettant en valeur quelques orientations épistémopolitiques. Ce texte a profité de la lecture de Martine Bodineau, docteure en sciences de l’éducation, et de Louis Staritzky, doctorant (laboratoire Experice, Université Paris 8 – Saint-Denis). Ce texte, de manière inhabituelle pour moi, n’est pas référencé mais il est suivi d’une bibliographie qui éclaire le paysage théorique et méthodologique dont il est redevable. Continuer la lecture de Pratiquer la recherche « en réciprocité ». Quelques orientations épistémopolitiques

Pratiques de la réciprocité

Depuis une déjà longue période, j’engage mon travail de sociologue en coopération avec des collectifs d’artistes, activistes, architectes, militants ou professionnels à l’occasion des expérimentations qu’ils engagent (des occupations, des jardins communs, des communautés de pratiques, des co-créations, des œuvres communes…) Continuer la lecture de Pratiques de la réciprocité

Les gestes d’une écriture

L’auteur n’est jamais seul. Ou plutôt, dans mon expérience d’écriture, je fais en sorte de ne jamais l’être. Lorsque j’engage la rédaction d’un texte je le fais toujours accompagné. Je choisis un compagnon, une compagne et je chemine à ses côtés. Écrire est une façon de venir à sa rencontre. J’écris toujours en compagnonnage. Continuer la lecture de Les gestes d’une écriture